Accueil Les Assyro-Chaldéens d'hier et d'aujourd'hui Le vilage d'Ischy Saint Joseph le Voyant Annexes Nous contacter
Repères historiques des Assyro-Chaldéens
L'antiquité
L'Eglise d'Orient
La Séparation avec Rome
L'Union avec Rome

Les Eglises Assyro-Chaldéennes d'aujourd'hui
Les Chrétiens de l'Inde et les malabares
L'Eglise assyrienne non unie à Rome
L'Eglise Chaldéenne

De la langue Araméenne au dialecte Sureth
Araméen antique
Araméen d'Empire
Le Néo-araméen



Accueil > Les Assyro-Chaldéens > le Néo-araméen
LE NEO-ARAMEEN

Après la conquête musulmane, l'araméen perd de son importance au profit de l'arabe. Actuellement, l'araméen palestinien ne subsiste que dans quelques villages de confession grecque orthodoxe ou grecque-catholique en Syrie. Le mandéen est en voie de disparition à Bassora. Par contre le syriaque s'est maintenu et se maintient sous forme de deux dialectes "néo-araméens" : le turoyo et le Sureth. Le turoyo est parlé par les Syriaques, Jacobites habitant la région de Tur Abdin. Il est fortement influencé par le kurde, le turc et l'arabe. Le Sureth est parlé avec plusieurs variantes dans cinq pays : Iran (autour du Lac d'Ounnia), Irak (régions de Mossoul et de Bagdad), Syrie (région de Damas), Turquie (régions de Tur Abdin et de Hakkâri) et Arménie soviétique (Caucase).

Il est parlé par les Chaldéens, les Assyriens, les Nestoriens et les Syriaques. Alors l'araméen est appelé le chaldéen, l'assyrien, le syriaque et même certains, pour susciter l'unité ethnique, l'appellent l'assyro-chaldéen. Le Sureth est composé de 22 consonnes et 7 voyelles. Il a deux formes d'écriture (comme indiqué dans l'alphabet sur la page précédente) : l'écriture simple, courante dont la forme est cursive, et l'écriture estranguéli, qui sert pour les titres de livres.

Araméen d'Empire haut de page Le village d'Ischy
Ischy Contact